Culture et éducation

Le soutien public à la presse et aux industries culturelles dans le budget 2019

Share this post

 

Chaque automne, les parlementaires étudient le budget de l’Etat. C’est le Parlement qui vote le projet de loi de finances, en définit les recettes et les dépenses.

Cette année, je me suis vue confier un rapport pour avis au nom de la commission des affaires culturelles sur une partie du budget de l’Etat, cette partie se situant à 5 milliards d’euros.

D’une part, la mission Médias, livre et industries culturelles, qui financent les politiques publiques relatives au soutien de la presse, de la radio et des industries culturelles en général, le centre national du livre (CNL) et le Centre national du cinéma et de l’image animée en particulier  d’une part. À périmètre constant, les crédits de la mission s’inscrivent en baisse de 0,8 %, pour atteindre 550 millions d’euros en crédits de paiement, la diminution des dotations étant majoritairement supportée par le programme « Presse et médias ».

D’autre part, le compte de concours financiers Avances à l’audiovisuel public, dont les crédits subventionnent les cinq sociétés de l’audiovisuel public (France Télévisions, Radio France, ARTE France, France Médias Monde, TV5 Monde) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), d’autre part. Au total, pour 2019, 3,86 milliards d’euros leur sont alloués pour mener à bien leurs missions de service public, contre 3,89 milliards d’euros en 2018. Soit une baisse de 1%, qui s’inscrit dans une réforme plus globale de l’audiovisuel public. L’audiovisuel public doit se transformer pour relever le tournant numérique, soutenir la création française, informer en confiance, attirer des publics plus jeune pour assurer un rôle qui doit être le sien plus que jamais : un renfort de la cohésion sociale, agir pour fédérer les citoyens de notre Nation.

J’ai décidé de consacrer la seconde partie de son avis au soutien public à la création et à l’exportation de séries de fiction françaises. Si les séries de fiction ont toujours existé, elles font aujourd’hui l’objet d’un engouement inédit du public, auquel répond une offre mondiale désormais pléthorique. De ce secteur en forte croissance, les acteurs français ne semblent pas tirer particulièrement profit, contrairement à d’autres pays comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Brésil ou encore la Corée du Sud, dont les audiences comme les exportations apparaissent tirées par ce format particulier. La partie thématique de mon rapport pour avis fait donc le point sur l’écosystème réglementaire et financier dans lequel évoluent les acteurs français afin de savoir s’il est adapté à la création, la production et l’exportation de séries à même de contribuer au rayonnement de la création audiovisuelle française.

Pour lire la partie générale et la partie thématique de mon rapport pour avis

Pour voir la vidéo de ma présentation lors de la séance de commission des affaires culturelles en présence du ministre de la Culture Franck Riester : https://www.youtube.com/watch?v=MTEFYveGedQ

Pour visionner ma prise de parole en hémicycle : https://www.youtube.com/watch?v=j7awOalL6ZY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Related posts