Politique

Le baromètre de l’action publique : l’application des réformes dans notre département.

Mercredi 13 janvier 2021, le Gouvernement a mis en ligne un baromètre inédit pour mesurer le déploiement des réformes dans nos territoires. Parce que les lois votées au Parlement ne valent que si elles ne changent pas concrètement la vie de nos concitoyens, ce baromètre constitue un outil précieux pour mesurer les résultats des réformes engagées depuis 2017 et accélérer leur mise en œuvre.

En tant que parlementaire, je suis entièrement mobilisée pour assurer la mise en oeuvre effective des textes votées, au plus près du terrain. La crise sanitaire que notre pays traverse ne doit pas faire passer au second plan les transformations profondes conduites par le gouvernement et la majorité depuis 2017. Ce baromètre permettra de contrôler l’avancement des réformes prioritaires, d’identifier et de résoudre les éventuels blocages persistants avec tous les acteurs concernés.

Retrouvez en quelques clics les résultats de 25 réformes prioritaires dans les Hauts-De-Seine

La transparence sur les résultats de laction publique est un engagement présidentiel fort et inédit. Ce baromètre, lancé par la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Amélie de Montchalin, présente aux Français, pour chaque politique, à laide de données chiffrées, territoire par territoire, la situation en 2017, l’état de mise en œuvre en 2020 et lobjectif du Gouvernement à lhorizon de 2022. Il sera actualisé et enrichi de nouvelles politiques chaque trimestre, afin de permettre aux Français de mesurer lavancement de laction du gouvernement là où ils vivent.

Transition écologique, emploi et économie, santé, famille et handicap, éducation, sécurité, culture, services publics et logement…nous avons voté des avancées majeures, nous voulons quelles se traduisent concrètement dans le quotidien des Français.

Dans les Hauts-De-Seine, les promesses sont tenues

ENVIRONNEMENT

340km de pistes cyclables pour les Hauts-de-Seine

Présenté le 14 septembre 2018 par le Gouvernement, le Plan « Vélo et mobilités actives », a pour ambition de faire du vélo un mode de transport à part entière. Il vise à tripler la part du vélo dans les déplacements du quotidien dici 2024, en passant de 3 à 9 %.

Ce plan repose sur 4 axes :

  1. La création de pistes cyclables de qualité et plus généralement lamélioration de la sécurité routière ;
  2. la sûreté : la lutte contre le vol de vélos ;
  3. lincitation : des aides (à la réparation et à lachat) pour encourager plus de Français à passer au vélo ;
  4. le développement dune « culture vélo ».

Les Hauts-De-Seine bénéficient à ce jour de 340km de pistes cyclables et de voies vertes. Depuis la période de confinement, 40km de pistes cyclables ont été aménagés et le nombre de vélos a doublé, représentant près de 20% des moyens de circulation à certains moments de la journée.

 

Près de la moitié des Altoséquanais bénéficient de l’extension des consignes de tri

Dans le cadre de la mise en œuvre de la sortie du plastique à usage unique tel que prévu dans la loi anti-gaspillage et pour mieux lutter contre le gaspillage, lobjectif de cette mesure est de permettre à tous les Français de pouvoir trier lensemble de leurs emballages dans une poubelle unique (« la poubelle jaune ») et que ces emballages soient recyclés. Cela nécessite une modernisation de lensemble des centres de tri demballages ménagers sur le territoire national.

Près de la moitié des Altoséquanais bénéficient de lextension des consignes de tri, cest-à-dire qui la possibilité de trier lensemble de leurs emballages dans une poubelle unique (« la poubelle jaune »).

 

LOGEMENT

L’éxonération de la taxe d’habitation pour 382 131 foyers altoséquanais

Depuis 2018, la taxe dhabitation baisse progressivement pour 80 % des Français, qui ne la paieront plus à compter de 2020.

Désormais, 382 131 foyers altoséquanais sont exonérés de la taxe d’habitation.

Pour les 20 % des ménages restants, la suppression de la taxe dhabitation se déploiera jusquen 2023, date à laquelle plus aucun foyer ne paiera de taxe dhabitation sur sa résidence principale.

 

EMPLOI

Des contrats d’apprentissage pour 14 412 jeunes des Hauts-De-Seine chaque année

Promouvoir lapprentissage est une des priorités du quinquennat en matière demploi des jeunes. La loi « avenir professionnel » de 2018 a permis de faciliter laccès à lapprentissage pour les jeunes, mieux répondre aux besoins des entreprises, simplifier les procédures, et donc den accélérer le développement.

14 412 c’est le nombre de contrats d’apprentissage signés, chaque année, depuis 2017 dans les Hauts-De-Seine.

Cet engagement fort du Gouvernement a permis d’améliorer l’attractivité de l’apprentissage. En 2019, nous avons observé une hausse de 25% pour atteindre 368 199 contrats d’apprentissage.

D’ailleurs, afin de faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes dans le contexte de crise que nous traversons, le plan « 1 jeune, 1 solution » lancé en juillet dernier prévoit un dispositif de primes : 5 000 euros pour lembauche dun jeune de moins de 18 ans et 8 000 euros pour les plus de 18 ans, ce qui signifie que lEtat prend en charge la quasi-totalité du salaire dun apprenti la première année. En 2020, lobjectif est datteindre les niveaux de 2019.

 

EDUCATION

100% des classes de CP et CE1 en REP dédoublées sur tout le territoire national

Cette mesure vise à offrir aux élèves les plus fragiles des conditions dapprentissage optimales et un encadrement renforcé par le dédoublement des classes en éducation prioritaire.

La bonne maîtrise des apprentissages savoirs fondamentaux (Lire, écrire, compter et respecter autrui) est lun des principaux leviers de réduction des inégalités sociales. La mise en œuvre de cette réforme a dabord ciblé les niveaux CP et CE1. Face aux bons résultats du dédoublement sur les conditions dapprentissage des élèves, il a été décidé détendre la mesure aux niveaux « grande section » : ce déploiement a débuté à la rentrée 2020 et se poursuivra lors des années suivantes.

 

142 Unités Locales d’Inclusion Scolaire (ULIS) dans les Hauts-De-Seine

Les Unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) accueillent une dizaine d’élèves en situation de handicap, présentant les mêmes besoins spécifiques, au sein d’une école ou dun collège. Le jeune scolarisé en ULIS bénéficie dun suivi individuel dont lorganisation est inscrite dans son projet personnalisé de scolarisation. Il suit les enseignements en classe ordinaire et, lorsque le besoin s’en fait sentir, un enseignement adapté dispensé en petits groupes par un enseignant spécialisé lui est proposé. 142 ULIS sont désormais présentes sur le territoire des Hauts-De-Seine.

 

SANTÉ

Les Maisons de Santé PluriProfessionnelles (MSP)

Le gouvernement s’est engagé à doubler le nombre de maisons de santé avec un objectif de 1000 structures supplémentaires en 5 ans.

Les Hauts-De-Seine bénéficient actuellement de 8 maisons de santé pluri-professionnelles.

Les MSP réunissent des équipes de professionnels de santé qui travaillent ensemble et de manière coordonnée autour dun projet de santé pour apporter les meilleurs soins à une patientèle, regroupés sur un même lieu ou non.

Selon la composition de l’équipe, vous pouvez être pris en charge par : des médecins, des infirmiers, des orthophonistes, des kinésithérapeutes, des sages-femmes, des dentistes, des pharmaciens etc.

Dautres professionnels peuvent contribuer au projet de santé comme des psychologues ou des professionnels du sport.

 

SÉCURITÉ

Entre 2017 et 2020, les ordonnances de protection pour les femmes battues ont augmenté de 28% sur le territoire national.

Le Grenelle des violences conjugales porte une ambition élevée en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. Cest lensemble du gouvernement qui est mobilisé pour mettre fin au cycle de ces violences.

Cette priorité se concrétise pour les femmes victimes, partout sur le territoire national : se signaler et être protégées sont leurs premières attentes. Les ordonnances de protection sont désormais délivrées par le juge dans un délai de six jours. Un recours accru (hausse des demandes dordonnances de protection comme du taux dacceptation) est ainsi lenjeu.

Entre 2017 et 2020, les ordonnances de protection pour les femmes battues ont augmenté de 28% sur le territoire national. 383 c’est le nombre d’ordonnances de protections délivrées dans le cadre des violences au sein du couple, de juillet à septembre dans le Grand Paris.

Related posts