Circonscription / Politique

Rencontres du Porte-Parole à Clichy

Share this post

 

Dans le cadre de la 12e édition des Rencontres du porte-parole, j’ai accueilli à Clichy Benjamin Griveaux, porte-parole du Gouvernement, et Julien Denormandie, Secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires.

 

 

Ces rencontres, initiées par Benjamin Griveaux depuis décembre 2017, consistent à se rendre dans des territoires divers pour recueillir les préoccupations de nos concitoyens, de leur expliquer la politique actuelle du gouvernement, et de répondre à leurs questions. C’est une démarche d’écoute et de pédagogie, à laquelle j’ai voulu m’associer naturellement en invitant le porte-parole.

Dans une ambiance conviviale, en toute proximité avec les membres du gouvernement, les participants ont ainsi pu débattre sur différents thèmes comme l’Europe, la politique de l’emploi, la transition écologique.

 

 

LOGEMENT

Julien Denormandie a eu l’occasion de faire un focus explicatif sur notre politique de logement. Il explique ainsi les mesures de la loi portant évolution du logement de l’aménagement et du numérique (Elan), notamment au regard des « marchands de sommeil ». Nous pourrons demain traiter ces « trafiquants de misère » comme des trafiquants de drogues, telles que la possibilité de saisir leur argent ou leurs biens à travers des procédures d’expropriation ou le blocage des indemnités d’expropriation.

Il rappelle que la réforme du logement social est un sujet à la fois extrêmement nécessaire et compliqué. En effet, aujourd’hui, 80% de la population est éligible à ce type de logement et il existe d’ores et déjà plus de dix catégories de publics prioritaires.

Dans la même démarche, nous allons créer des logements dits « évolutifs ». Ce terme, qui nous vient directement des associations de personnes en situation de handicap, implique que lorsqu’un handicap est subi, la personne concernée aura tout de suite la possibilité de modifier son appartement par des travaux très simples. Il s’agit donc d’un logement qui nous accompagne en fonction de nos besoins.

En complément, le Secrétaire d’Etat a rappelé que l’élection des représentants des locataires des organismes de logement social est un exercice démocratique auquel il faut participer pour faire avancer les choses. Une bonne raison d’aller voter du 15 novembre au 15 décembre

 

ENVIRONNEMENT

  Répondant à la question d’un participant sur le glyphosate, Benjamin Griveaux explique le choix du gouvernement de passer par la co-construction plutôt que par la loi. Alors que le délai d’interdiction du glyphosate en Europe était initialement de 15 ans, le Président de la République, accompagné par Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique et solidaire de l’époque, a réussi à diviser par trois la période européenne de réglementation prévue pour l’usage du glyphosate, soit 5 ans. Pour autant, l’objectif français était une sortie du glyphosate en 3 ans . Cela n’a pas été inscrit dans la loi pour des raisons de respect des règles communautaires d’une part, et dans un souci de rapidité et d’efficacité d’autre part. En effet, au lieu de débattre sur la conventionnalité de la loi au regard du droit communautaire, nous avons préféré mettre autour de la table les experts du secteur, les industriels, les agriculteurs et nos chercheurs pour arriver à la solution la plus rapide . Dans le cadre du plan de transformation agricole financé à hauteur de 5 milliards d’euros, cela permettrait de faire monter en gamme nos exploitations et de faire muter notre système au regard de l’usage des produits concernés

 

EMPLOI ET TRAVAIL

D’autres participants nous ont demandé comment éviter les destructions de valeur et d’emploi.

Il faut mettre le travail au centre de toutes nos politiques, et toutes nos politiques doivent être favorables à un retour à l’activité (plan pauvreté, augmentation de la prime d’activité par exemple). Selon Julien Denormandie, il y a des manques, mais l’objectif est de créer le « bon tuyau » dont la lumière au bout doit être l’orientation. Ensuite, il est nécessaire de développer la formation tout au long de la vie. Enfin, il faut avoir une vision globale de l’appareil industriel. Contrairement à l’Allemagne, nous avons raté le virage de la robotique. L’intelligence artificielle doit être développée pour améliorer notre quotidien et créer des emplois.

 

EUROPE ET MIGRATIONS

La question de la solidarité européenne au sujet du droit d’asile a également été apportée au débat. Sur cette ligne de crête, nous sommes en permanence entre « humanité » et « fermeté ». L’accueil est une valeur de la république et il est important de se donner les moyens de bien le faire. Un budget a été voté à la fin de l’année dernière avec 26% d’augmentation du budget Intégration. L’idée est de réussir l’intégration, ce qui n’est pas le cas des hébergements d’urgence et des « hôtels de misère » qui constituent « la pire manière de procéder pour répondre à l’impératif d’humanité », d’après le Secrétaire d’Etat.

Par ailleurs, la fermeté découle des critères d’éligibilité au droit d’asile, dont les demandes ont exposé en raison de la situation en Afrique Sub-Saharienne et au Moyen et Proche Orient. Avant la réforme portée par la loi pour une immigration maitrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie, les délais d’examens des situations des personnes « Demandeurs d’asile » étaient invraisemblablement longs allant jusqu’à plus de 24 mois. L’objectif affiché aujourd’hui est d’accélérer le traitement de ces demandes et d’améliorer les conditions d’accueil. Une des propositions a été de créer des centres européens dans les ports de premier accueil qui permettraient de déterminer l’éligibilité des demandeurs au droit d’asile. Dans l’hypothèse où ils ne le seraient pas, ces centres s’occuperaient de les reconduire de manière « éviter d’alimenter les chemins de la misère et les esclavagistes modernes que sont les trafiquants d’êtres humains ». Les critères d’éligibilité au droit d’asile diffèrent grandement d’un pays européen à l’autre. La clé est la coopération pour mettre fin à ces disparités. L’exemple de l’Aquarius II témoigne de notre capacité à faire jouer à plein la coopération européenne : le Président de la République, son homologue maltais ainsi que les autorités allemandes, ont travaillés ensemble afin de déterminer quel était le port le plus sûr pour ensuite envoyer une mission de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) définir qu’elles personnes sont éligibles au droit d’asile. Sur les 150 personnes à bord de l’Aquarius II, 59 ont été accueillies en France.

 

INFORMATION ET MEDIA

Lors du débat, s’est posée la question de savoir si notre gouvernement avait prévu des actions contre la désinformation sur internet et les contenus offensants et illégaux. D’une part, la loi de lutte contre la manipulation de l’information est en cours de discussion au Parlement. De l’autre, un plan a été présenté par le Premier ministre Édouard Philippe en mars dernier devant tous les acteurs du monde de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie, l’homophobie. Nous avons constaté le mal-être de jeunes adolescents qui subissent ce que l’on appelle aujourd’hui des « raids viraux » ou des moqueries qui peuvent pousser à des situations extrêmes. Ce travail de sensibilisation en milieu scolaire est mené par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, afin de rappeler qu’il n’y a « rien de pire que de ne pas en parler ». Enfin, dans une société où l’on est passé d’un écran par famille à six, se pose la question du rôle et de la force de l’audiovisuel public. Un travail passionnant est conduit par Françoise Nyssen depuis un an avec les responsables de l’audiovisuel public, les producteurs, les réalisateurs, sur des sujets comme l’opportunité de créer un Netflix à la française, ou encore sur comment faire de l’audiovisuel public un outil de soft-power, de diplomatie culturelle.

 

 

ENCART

Pour l’occasion, la réunion publique a été précédée d’une rencontre avec le Maire de Clichy notamment pour évoquer les problématiques de transports qui s’opèrent Porte de Clichy, et pour lesquels nous nous sommes mobilisés, afin de créer davantage de dialogue entre Paris et ses villes voisines.

 

 

 

 

 

 

 

 

FACEBOOK LIVE DE L’ÉVÈNEMENT

🔴 EN DIRECT | Les Rencontres du Porte-Parole à Clichy, c'est maintenant ! Je réponds à toutes vos questions ! #RencontresPPG

Publiée par Benjamin Griveaux sur Lundi 17 septembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Related posts