Circonscription / Culture / Non classé

Notre patrimoine, la Maison du Peuple à Clichy

Share this post

Hier, alors que notre patrimoine venait d’être violemment amputé par l’incendie de Notre Dame de Paris, la tribune de Jacques Moulin (architecte en chef des Monuments historiques), sur la Maison du peuple à Clichy, parue dans le Monde le matin même, était provocante.

Cette tribune intitulée « Il faut envoyer la Maison du Peuple à la ferraille » apparaît en contradiction avec le projet de réhabilitation porté par Rudy Riccioti/Groupe Duval que Jacques Moulin conseille et soutient pourtant à travers sa structure 2BDM.

C’est l’occasion pour moi de pouvoir revenir sur le projet de la Maison du Peuple, située dans ma circonscription.

La Maison du peuple est un bâtiment innovant, érigé à la fin des années 1930 par les architectes Marcel Lods, Eugène Baudouin et Jean Prouvé, et dont la modularité est à saluer.

Si le bâtiment fut bien le cadre de réunions et célébrations populaires, si la Maison du Peuple a bien été classée aux Monuments historiques en 1983, force est de constater qu’elle a été abandonnée depuis des décennies. Et, bien que quelques rénovations aient été entreprises au cours des années, aucune n’a été menée à terme.

Aujourd’hui, son rez-de-chaussée abrite un marché, certes essentiel pour le quartier, mais vivotant la plupart du temps. Son formidable potentiel à l’étage est, quant à lui, inutilisé.

20 à 30 millions d’euros seraient nécessaires à sa réhabilitation conforme.

Dans le cadre du concours d’urbanisme et d’architecture « Inventons la Métropole du Grand Paris », un projet de rénovation de la maison du peuple porté par Rudy Ricciotti a été primé en 2017. Ce projet adosse la rénovation du bâtiment à une solution pour son financement. L’édification d’une tour et la vente de ses espaces pourra permettre de recueillir de quoi financer la réhabilitation, voire la programmation artistique. Le montage financier paraît optimal.

Or, ce projet soulève de nombreuses polémiques.

Pourquoi construire une tour de 96 m de haut dans ce quartier ?

Pourquoi faire porter cet édifice par des piliers traversant cet édifice classé ?

Si le projet d’hôtel de luxe a été abandonné, quels seront les contours de l’accessibilité tarifaire des appartements qui occuperont cette tour ?

Que trouvera-t-on comme activités et programmation à l’intérieur de la Maison du Peuple ?

… Nous pourrions lister les multiples questions, craintes et doutes, mais aussi espoirs qui m’ont été remontés par les parties prenantes. J’avoue que les premières sollicitations sur ce projet m’ont étonné. Je pensais que toutes les études d’impact et les concertations avaient été faites en amont de la présentation du projet.

 

Image du projet porté par le groupe Duval

Vers une solution commune ?

Ces dernières semaines, dans la foulée de ces consultations, j’ai participé à une réunion organisée par Franck Riester, Ministre de la Culture. Cette réunion faisait suite à la remise d’un rapport commandé par Françoise Nyssen à l’Inspection du Patrimoine en septembre 2018. Avec Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, Rémi Muzeau, Maire de Clichy et Philippe Barbat, Directeur générale du Patrimoine, nous sommes revenus sur la genèse du projet et avons cherché les meilleures solutions possibles.

J’ai rappelé qu’il était urgent de trouver une solution à la préservation de ce patrimoine que le temps continue de dégrader. Mais cette urgence ne doit pas nous inciter à ignorer les réticences qui s’expriment et les questions soulevées. Je ne souhaite pas non plus que nous tombions dans les excès d’un conservatisme qui, rejetant tout projet, conduirait paradoxalement à la destruction de notre patrimoine. Je ne voudrais pas que dans quelques années, sans avoir trouvé de solutions pour rénover ce monument historique, on regrette d’être passé à côté d’une opportunité unique de rencontre d’acteurs en mesure de redonner vie à la Maison du Peuple.

Nous devons, désormais, lancer une concertation aussi large et éclairante que possible. La Maison du Peuple ne pourra être réhabilitée sans le peuple. Elle ne pourra vivre sans le peuple.

Le mouvement profond de solidarité mondiale envers Notre Dame de Paris souligne, plus sérieusement que jamais, notre devoir envers notre patrimoine matériel et immatériel. Il nous permet aussi d’imaginer d’autres voies pour financer et faire vivre des lieux dont la valeur dépasse largement les frontières d’une commune ou d’un pays.

Related posts